Comment apprendre à mon chien à gérer sa frustration ?

gerer frustration chien
Comment apprendre à mon chien à gérer sa frustration ?
5 (100%) 2 votes

Votre chien est très impatient ? Vous avez l’impression de subir ses caprices plutôt que vivre sereinement à ses côtés ? Vous souhaiteriez avoir des conseils pour que votre cohabitation soit plus harmonieuse ?

Tout (ou presque) passera par l’apprentissage de la frustration. Et oui, nos chiens eux aussi doivent apprendre à gérer cette émotion, tout comme nous, sous peine d’impacter négativement leur comportement.

Apprendre à son chien à gérer sa frustration est essentiel. Nous allons voir ici pourquoi et surtout comment mettre en place divers apprentissages et réflexes du quotidien pour garantir une meilleure cohabitation.

max-le-chien

Salut, je suis Max !
Aujourd’hui, je peux t’aider à
> Economiser jusqu’à 60% sur ton assurance
> Parler à un éducateur canin professionnel
> Dresser ton chien en seulement 15 minutes par jour

Pourquoi apprendre à son chien à gérer sa frustration ?

  • L’apprentissage de la frustration permet une meilleure intégration du chien dans son environnement social
  • Cet apprentissage permet aussi une cohabitation plus sereine et harmonieuse entre le maître et son chien
  • Bien gérer sa frustration c’est accepter de ne pas toujours faire ce que l’on veut
  • Apprendre à gérer sa frustration positivement c’est apprendre à coopérer avec son maître
  • Une bonne gestion de la frustration permet de créer et maintenir un équilibre dans la relation maître/chien
  • Apprendre à son chien à gérer sa frustration lui apprend à attendre avant d’obtenir

Les 4 règles pour apprendre à son chien à gérer sa frustration

Ci-dessous les 4 grands principes/règles de vie à mettre en place au quotidien avec son chien :

Règle n°1 : Répondre aux besoins de son chien

Avant d’exiger une écoute et une coopération de la part de son chien, il est très important de répondre à ses besoins. Vous pensez bien qu’un chien en manque de dépense n’aura que faire de vos indications et ne parviendra pas à gérer sereinement ses émotions (et la frustration en fait partie).

Pour bien dépenser son chien, vous avez 5 axes sur lesquels vous pouvez et devez agir :

  • Dépense physique : un chien aura besoin de se dépenser physiquement (balades, séances de jeu, sport canin etc.) tous les jours (du moins pour la balade) ! Même si vous avez un jardin, une balade de minimum 30 minutes en extérieur sera obligatoire (en plus des sorties hygiéniques bien entendu).
  • Dépense mentale : un chien n’a pas seulement besoin de courir pour être pleinement épanoui ! Il aura également besoin d’être stimulé mentalement grâce notamment à des exercices ludiques ET éducatifs, à l’apprentissage régulier de tricks/tours, mais aussi par le biais de jeux d’intelligence et d’occupation spécialement conçus pour la dépense mentale de nos toutous.
  • Dépense olfactive : c’est la dépense la plus importante puisque l’odorat constitue le premier sens développé chez le chien. Les balades quotidiennes en extérieur permettront de combler ce besoin mais des exercices de pistage et de recherche pourront également être les bienvenus.
  • Dépense sociale : le chien est un animal social, il a donc besoin de rencontrer ses congénères et être entouré le plus souvent possible. Ce n’est pas un animal fait pour vivre seul et il faudra lui trouver des copains régulièrement pour qu’il puisse, d’une part, se défouler et d’autre part conserver et développer ses codes canins afin de ne pas souffrir par la suite de trouble du comportement et de la communication envers ses congénères.
  • Dépense masticatoire : le chien a besoin de mastiquer pour faire travailler sa mâchoire, s’occuper et se dépenser. C’est une activité qu’il adore et qui est très importante pour son équilibre. Si vous ne lui permettez pas de mastiquer des objets/jouets prévus à cet effet, vous verrez que très rapidement il s’en prendre à vos meubles ou chaussures.

Règle n°2 : La gestion des ressources

La gestion des ressources qui vont suivre est très importante car elle participe grandement à l’apprentissage de la frustration et vous permet de garder un certain contrôle sur votre chien. Je ne parle ici bien évidemment pas de dominance ou soumission, simplement d’un équilibre nécessaire pour une cohabitation harmonieuse au quotidien.

  • Gestion de la nourriture : votre chien doit manger seul, en moins de 15 minutes et une à deux fois par jour seulement. Au delà des 15 minutes, retirez la gamelle, qu’elle soit terminée ou non. Pas d’inquiétude, votre chien ne se laissera pas mourir de faim ! Ne laissez jamais la gamelle de votre chien en libre service pour qu’il apprenne justement à gérer sa frustration et attendre que vous ayez décidé que c’était l’heure du repas. Si votre chien mange quand il veut, il aura alors l’habitude d’obtenir tout ce qu’il veut quand il veut (ce qui est contradictoire avec une bonne gestion de la frustration).
  • Gestion des contacts : soyez toujours à l’initiative des contacts avec votre chien. S’il vient vous réclamer de l’attention, ignorez-le et ne lui accordez votre attention qu’une fois qu’il est passé à autre chose. De même pour les séances de jeu, ne jouez pas systématiquement avec votre chien dès lors qu’il vous apporte son jouet : attendez qu’il passe à autre chose et ensuite soyez à l’initiative du début et de la fin de l’activité choisie.
  • Gestion de l’espace : garantissez à votre chien un endroit refuge, où il pourra se rendre en sachant qu’il ne sera pas dérangé. Proposez donc à votre toutou un panier confortable, dans un coin calme du salon : pas au milieu de la pièce, pas sous un escalier, pas au milieu d’un couloir ni dans un endroit où il pourra surveiller tous vos allers et venues. Puis, n’embêtez jamais (même si c’est pour la caresser) un chien qui est dans son panier : c’est sa zone, sa bulle ! Apprenez également à votre chien à aller dans son espace sur indication de votre part. De plus, n’hésitez pas à instaurer une pièce interdite où votre chien ne pourra pas vous suivre, pour l’habituer parfois à rester seul, malgré votre présence dans la maison.

Gérer ces trois ressources : la nourriture, les contacts et l’espace, permettra d’avoir un certain contrôle sur son chien comme je l’évoquais précédemment et permettra de diminuer considérablement les risques de troubles du comportement : anxiété de séparation, hyper-attachement, destructions, agressivité, etc.

Règle n°3 : Les bases éducatives

Bien entendu, l’apprentissage de bases éducatives et le renforcement de ces bases au quotidien permettront de pouvoir mettre en place les divers exercices/jeux que nous aborderons ultérieurement.

De plus, éduquer son chien participe à le dépenser mentalement, à renforcer la relation que l’on a avec lui, à éviter certains troubles du comportement mais aussi à vivre plus sereinement au quotidien avec son chien : ce qui n’est clairement pas négligeable !

Règle n°4 : Une attitude adaptée

Pour finir, l’une des principales règles à respecter au quotidien avec son chien, c’est d’avoir une attitude adaptée et surtout cohérente vis à vis de lui.

Avoir une attitude cohérente avec son chien c’est le considérer tel qu’il est, le comprendre et savoir lire et décrypter les signaux qu’il envoie, c’est répondre à ses besoins, instaurer les règles évoquées ci-dessus et surtout s’y tenir, c’est se considérer comme un être référent pour son chien et en assumer toutes les responsabilités.

Nous l’évoquions précédemment dans la gestion des contacts, et c’est bien là l’essentiel dans une relation maître/chien : vous devez être à l’initiative et ne pas subir les comportements (notamment les mauvais) de votre chien.

Une attitude adaptée passe également par une fermeté nécessaire mais qui ne doit jamais se transformer en violence ou brutalité envers son chien. Le but est de ne pas subir son chien, évidemment, mais le but n’est pas non plus de lui faire subir de mauvais traitements, cela va de soi !

Les exercices/jeux pour apprendre à son chien à gérer sa frustration

Enfin, pour parvenir de manière concrète à apprendre à son chien à gérer sa frustration, vous avez la possibilité de mettre en place quelques exercices/jeux simples au quotidien :

L’ensemble des exercices/jeux que je vous propose ici tournent autour de la notion de renoncement, qui est l’une des principales notions qu’il est important de mettre en avant lorsque l’on parle de gestion de la frustration.

Car, effectivement, gérer sa frustration c’est apprendre à attendre et renoncer pour ensuite obtenir. Votre chien doit comprendre, par le biais de ces exercices/jeux que « renoncer, c’est gagner ! ».

Le jeu du ON/OFF

Ce jeu se joue avec un jouet type corde à noeud, une balle reliée à une ficelle ou un boudin. Cet exercice permet à la fois de travailler la bonne gestion de la frustration de votre chien mais aussi la gestion de ses auto-contrôles.

  • Etape 1 : Prenez le jouet dans votre main, restez bien droit face à votre chien.
  • Etape 2 : Courbez-vous et indiquez à votre chien « choppe »
  • Etape 3 : Jouez avec lui en créant un mouvement de gauche à droite, le plus prêt du sol possible. Surtout, soyez enthousiaste !
  • Etape 4 : Avant que votre chien ne rentre dans un état d’excitation trop intense, redressez-vous, droit comme un i et dites à votre chien « stop » de manière très ferme. Bougez le moins possible et ne tirez pas sur le jouet.

Si votre chien ne lâche pas, troquez avec une friandise ou un autre jouet et/ou soyez plus ferme dans votre indication « stop ».

Puis reprenez l’étape n°1 en attendant bien que votre chien soit redescendu en excitation.

Réitérez cela quelques fois, mais le jeu ne doit pas excéder 5 ou 10 minutes.

Le jeu du « Héhé »

Ce jeu est particulièrement intéressant pour apprendre le renoncement à votre chien et lui apprendre que renoncer, c’est gagner !

  • Etape 1 : Prenez une friandise dans votre main et tendez votre main vers votre chien (attention il ne doit pas prendre la friandise de suite)
  • Etape 2 : Dites un « ouiiii » enthousiaste et acceptez que votre chien prenne la friandise
  • Etape 3 : Répétez l’étape précédente deux ou trois fois
  • Etape 4 : Puis tendez votre main et dites d’un ton ferme « Héhé » (fermez votre poing si votre chien tente tout de même de prendre la friandise)
  • Etape 5 : Dès que votre chien renonce : détourne la tête, le regard, se recul, etc. vous pouvez alors lui donner une friandise avec votre autre main

Notez également, pour finir, que travailler l’exercice du « pas bouger » avec votre chien participera à lui apprendre à gérer sa frustration.

Eduquer son chien c’est bien, mais avez-vous aussi pensé à sa protection au quotidien ? Pour ça, je vous recommande vivement de vous pencher sur une assurance canine. Je vous conseille d’utiliser ce comparateur d’assurances pour chiens afin de trouver la meilleur offre.

Es-tu sûr(e) d'avoir la meilleure offre d'assurance pour ton chien ? Je te parie que non ! Grâce à ce comparateur, diminue tes frais jusqu'à 60% ! Essaye, c'est gratuit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.