Quelles sont les races de chien les plus faciles à éduquer ?

chien plus facile a dresser
Quelles sont les races de chien les plus faciles à éduquer ?
Notez ce contenu

Il existe une multitude de races, plus de 300 recensées par la Société Centrale Canine pour être précis. Mais y a-t-il des races plus faciles à éduquer que d’autres ?

Vous souhaitez adopter un chien et vous ne savez pas vers quelle race vous diriger ? Vous avez peur de choisir une race qui ne vous correspond finalement pas vraiment, une race somme toute difficile à éduquer ?

Laissez-moi vous guider et vous éclairer sur les races les plus faciles à éduquer, si toutefois elles existent.

Les différentes races de chiens

Comme évoqué précédemment, la Société Centrale Canine (SCC) recense très exactement 355 races qui sont ensuite réparties en 10 groupes distincts par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) :

  • Groupe 1 : Chiens de Berger et de Bouvier (sauf Chiens de Bouvier Suisses)
  • Groupe 2 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes – Chiens de Montagne et de Bouvier Suisses au Autres Races
  • Groupe 3 : Terriers
  • Groupe 4 : Teckels
  • Groupe 5 : Chiens de Type Spitz et de Type Primitif
  • Groupe 6 : Chiens Courants, Chiens de Recherche au Sang et Races Apparentées
  • Groupe 7 : Chiens d’Arrêt
  • Groupe 8 : Chiens Rapporteurs de Gibier – Chiens Leveurs de Gibier – Chiens d’eau
  • Groupe 9 : Chiens d’Agrément et de Compagnie
  • Groupe 10 : Lévriers

Il existe aussi deux catégories distinctes suite à la loi du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants appelées aussi « loi sur les chiens dangereux ».

Ces chiens dits « dangereux » sont donc classés en deux catégories :

1ère catégorie qui concerne :

  • Les chiens communément appelés « Pit Bulls » et qui sont associés par leurs caractéristiques physiques à l’American Staffordshire Terrier et qui ne sont pas inscrits à un livre généalogique reconnu.
  • Les chiens communément appelés « Boerbulls », associés par leurs caractéristiques physiques au Mastiff et qui ne sont pas inscrits à un livre généalogique reconnu.
  • Les chiens de type Tosa qui ne sont pas inscrits à un livre généalogique reconnu.

2ème catégorie qui concerne :

  • Tous les chiens de race American Staffordshire Terrier.
  • Tous les chiens de race Rottweiler ainsi que tous les chiens associés par leurs caractéristiques physiques au Rottweiler et non inscrits à un livre généalogique reconnu.
  • Tous les chiens de race Tosa.

Choisir la race de votre chien

Chaque race aura ses spécificités mais au delà de ça, chaque chien aura son propre caractère. Bien évidemment on pourra retrouver des similitudes et on pourra faire des généralités d’instincts et de tempéraments selon chaque race, mais avant tout il faut bien intégrer le fait que chaque chien est un individu à part entière !

Le danger à éviter absolument lorsque l’on choisit la race de son futur chien, c’est de ne se baser que sur des critères physiques et non comportementaux.

Bien évidemment, instinctivement vous vous tournerez vers tel ou tel type de chien car il n’est pas dans notre nature d’aller à l’encontre de nos envies et désirs, mais cela ne doit pas être votre unique critère de sélection ni la seule raison qui vous pousse à adopter un chien.

Choisir la race de son futur chien c’est aussi prendre en compte les instincts naturels relatifs à chaque groupe de race, qui pourront être plus ou moins développés et marqués selon les individus.

Quelques exemples : Le Cane Corso est réputé pour être un grand gardien, le Berger Allemand également. Le Border Collie est réputé pour vouloir contrôler un maximum les déplacements de personnes/animaux/objets. Le Jack Russel est réputé pour sa ténacité et son obstination lorsqu’il s’agit de suivre une piste, etc.

Ainsi choisir une race c’est être conscient des différents problèmes que vous pourrez rencontrer si jamais vous n’utilisez pas le chien pour son utilité première (troupeau, traineau, chasse, garde, etc.) et surtout savoir comment contrôler ses instincts spécifiques et comment les modeler pour qu’ils puissent être vivables au quotidien.

Selon moi, à partir du moment où vous acceptez les différents traits de caractères de votre chien, que vous n’avez pas envie de les supprimer totalement mais plutôt de les prendre en compte dans vos techniques et méthodes d’éducation : c’est gagné !

La race la plus facile à éduquer sera la race qui vous correspond le plus

A mon sens, il existe certes des races et des chiens plus « faciles » à éduquer mais cela dépendra énormément de la relation établie entre le maître et son chien ainsi que des réponses apportées aux besoins du chien par le maître.

Par exemple, un Border Collie sera peut-être très facile à éduquer pour un berger mais ne le sera absolument pas pour une personne qui ne l’utilise pas pour travailler. Nous aborderons d’ailleurs par la suite le fait d’adopter une race de chien dite « intelligente » et les erreurs à ne pas commettre.

C’est en cela qu’il n’existe, selon moi, pas de races plus faciles à éduquer qu’une autre, c’est plutôt des compatibilités plus marquées que d’autres entre un maître et un chien.

Un chien facile à éduquer sera un chien que l’on respecte dans sa vraie nature, à qui on propose un environnement adapté et pour lequel on comble ses besoins fondamentaux de dépense régulièrement voire quotidiennement.

Qu’est-ce qu’une éducation facile ?

De plus, à mon sens une éducation facile est une notion somme toute assez subjective puisqu’un chien pourra sembler « facile » à éduquer pour une personne et absolument pas pour une autre.

Cela dépend de votre niveau de connaissance du chien, de votre expérience en tant que maître et « éducateur » mais aussi des moyens que vous souhaitez investir pour l’éducation de votre chien (qu’ils soient matériels, physiques ou financiers).

Chaque maître aura ses propres attentes et exigences, elles seront donc pour chacun parfois très différentes. Par exemple, pour ma part, avoir une marche au pied stricte n’est pas une de mes exigences lorsque je promène mes chiens, en cela l’éducation n’a pas été très difficile puisque j’ai « juste » eu à leur apprendre à ne pas tirer.

Mais pour quelqu’un qui voit une exigence particulière dans la marche au pied stricte, l’apprentissage pourra alors être plus long et donc considéré comme plus « compliqué » selon les points de vue.

Les chiens intelligents sont-ils si faciles à éduquer ?

Comme évoqué précédemment, il me semble important de faire un point sur les chiens dits « intelligents » et donc potentiellement plus faciles à éduquer que les autres.

Selon moi, tous les chiens sont intelligents, seulement les races initialement sélectionnées pour le travail (troupeau, garde, chasse, etc.) seront des races plus aptes à travailler et donc à collaborer avec leur maître. Mais attention, qui dit chien intelligent dit surtout chien capable de très vite comprendre et observer les failles et faiblesses de son maître et en profiter.

Il n’existe pas de chien parfait et même au sein des races de travail et donc potentiellement intelligentes, vous pourrez rencontrer des obstacles dans certains apprentissages s’ils ne sont pas inculqués dans le respect de la vraie nature du chien.

Zoom sur les groupes de races les plus populaires :

Sans vouloir faire de généralités, voyons tout de même, par groupes « populaires » de races, les différents tempéraments qui pourront ressortir.

Les chiens d’agrément et de compagnie : qui sont spécialement dédiés à la compagnie de l’Homme, d’où le nom. Mais attention, les chiens d’agrément et de compagnie restent avant tout des chiens. Ce ne sont pas seulement des peluches que l’on laisse sur le canapé toute la journée ! Ils auront eux aussi besoin de motivation pour écouter, de dépenses pour s’exprimer et d’attention pour être pleinement épanouis.

Les chiens de berger : qui sont initialement utilisés pour accompagner les bergers, d’où le nom encore une fois. Ce sont des chiens qui auront à coeur de coopérer avec leur maître et donc leur éducation pourra s’avérer « facile ». Toutefois, si leurs besoins (très importants) de dépense (physique mais surtout mentale) ne sont pas comblés, ils pourront rapidement devenir les pires compagnons au quotidien.

Les chiens de chasse : qui sont eux spécialement destinés à la chasse, à la poursuite, etc. Ils pourront ne pas convenir à tout le monde en raison de leurs instincts pouvant être très contraignants au quotidien. Souvent très indépendants, ces chiens ne sont pas des chiens « faciles » à éduquer malgré leur grande intelligence : l’instinct de poursuite prend souvent le dessus sur tout le reste. Et tout comme les chiens de berger, sans un maximum de dépense, ces chiens peuvent facilement développer des troubles du comportement.

Les terriers : de même que pour certains chiens de chasse, les terriers sont des chiens souvent très obstinés avec un caractère très affirmé (car c’est ce qu’on leur demande dans le cadre de leur travail initial). Il pourra être très frustrant pour un maître souhaitant une relation très fusionnel d’avoir un terrier car une fois la truffe dehors, plus grande chose ne compte si ce n’est les odeurs à pister.

Les races primitives : qui sont des races souvent très indépendantes et qui n’excellent pas nécessairement non plus dans l’obéissance. Il existe toujours des exceptions bien entendu, mais beaucoup de chiens type Husky, Malamute, etc. se retrouvent en refuge car les maîtres n’avaient vu en eux que de magnifiques boules de poils jolies à regarder. Ces races très primitives donc, ont d’autant plus besoin que l’on les considère comme elles sont réellement et que l’on prenne en compte leurs instincts primaires très développés et pouvant donc ne pas être compatibles avec certains modes de vie « classiques ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.